Agathe Garcia

Agathe c’est la chanteuse du groupe Men On The Hill. Si je traduis bien Men On The Hill ça veut dire « les hommes sur la colline »… Ça ne va pas : il faut changer le nom du groupe. On pourrait l’appeler : Men and Woman On The Hill ! Ouais pas terrible tout ça. J’ai une idée ! Tu vas te transformer !
Tu pourrais te faire une coiffure improbable comme Grégoire (guitare), te faire pousser la moustache comme Alban (saxophone), tu pourrais t’habiller comme Bertrand (guitare), mais il te faut des fringues que tu portais il y a 15 ans… Sur scène tu te trémousseras comme Fred (basse), tu hurleras dans le micro comme Guillaume (chant), tu arriveras aux répétitions et tu diras « il fallait bosser quoi? » comme Bruno (piano). Si avec ça tu ressembles toujours à une fille tu te cacheras derrière une montagne de tambours et de cymbales comme Flavien (batterie)…
Finalement, tout ça c’est compliqué a faire, alors reste la jolie fille que tu es tout simplement !

Alban Villate

 A comme attachant, L comme lumineux, B comme bon très très très bon même , A comme artiste, N comme naturel, et voici… Alban !
Alban est le dernier arrivé dans la bande des MONTH, mais non des moindres…
Quel talent mais quel talent ! Dommage que son prénom ne comporte pas les lettres V, M, S car nous aurions pu ainsi écrire en majuscules : « Virtuose Moustachu du Saxophone » car sous ses apparences rappelant le Commissaire Valentin – vous savez celui des Brigades du Tigre – petite moustache et casquette vissée sur la tête, Alban a cette faculté de vous emmener dans son univers dès qu’il se met à jouer !
Mais trêve de mots, ouvrez grand vos yeux et vos oreilles :
Alban ne se décrit pas car le talent… ça se regarde… ça  s’écoute !

Bertrand Pierre

Bertrand c’est du lourd c’est du grand, not’ guitare solo a du cran.
C’est le roi de la ride et de la pédale, un Pastorius sans les ch’veux long,
Ses doigts courent sur le manche comme une masseuse de Dao Bag Long,
C’est le rocker au plus-que-parfait, le percolateur du tympan.

Jamais en retard pas plus d’une heure, c’est son quart d’heure de politesse,
Pas besoin d’un ampli pour notr’ Béber, chaque note est un ouragan.
Offrez–lui une scène de spectacle et la foule est en liesse,
Bertrand c’est du lourd c’est du grand, not’ guitare solo a du cran.

Bruno Diot

Derrière ses claviers, avec son air timide et discret, se cache le clone de Charlie Oleg capable de jouer dans tous les styles de Chopin à Metallica en passant par l’île aux enfants…
Ce garçon est l’archétype du musicien de piano bar et du jukebox sans fil connecté à internet au registre inépuisable et à l’oreille absolue.
On lui demande de jouer, il joue… même sans connaître le morceau.
Sa réplique culte en arrivant en répétition ou en concert : « Au fait, on joue quoi aujourd’hui ? »

Flavien Précausta

Ophtalmo à ces heures perdues, intermittent du spectacle en dehors du temps (batteur), l’avantage c’est qu’il arrive facilement à nous prescrire des lunettes pour qu’on n’ait plus d’excuse pour relire nos partoches. Manque par contre un diplôme complémentaire de prescription de sonotone à sa formation pour nous équiper prochainement vu ce qu’il balance en répet à coup de caisse claire et cymbales. A sa décharge, pas besoin de prendre rendez vous 6 mois à l’avance auprès de son secrétariat, il répond toujours présent à la répet du mardi ou en concert pour nous en mettre plein la vue… et les oreilles !!!

Frédéric Boissou

Être humanoïde amateur de suites de sons harmonieux communément appelées par ses congénères « rock n’roll de derrière les fagots », assez âgé pour avoir connu Angus Young quand il était encore en culottes courtes, possède des doigts de 23 cm de long en moyenne qui lui permettent de faire tous les accords possibles imaginables sur un instrument de musique comportant un manche et quatre cordes nommé « basse ». Possède la faculté de réveiller 253 personnes sur un rayon de 350 mètres quand il tire sur la plus épaisse desdites cordes le mardi soir vers 22 heures. À noter que ses crises de goutte répétées liées à une consommation proprement irraisonnée de viande de sanglier et d’alpaga ne l’empêche pas de taper furieusement du pied pendant les manifestions musicales, et gare à celui qui manquerait une mesure.
NB : sait faire aussi chanter les aspirateurs.

Grégoire Muller

Il est surnommé aussi « Gribouille » par notre ami Guillaume. Il fût un temps aux baguettes du groupe, adepte de la cymbale chinoise, qui a dû valoir à certains membres du groupe une « légère » perte d’audition.
Maintenant à la guitare, il lui arrive encore de battre la mesure à une main ; foisonnant d’idées & jamais à court de blagues.
Gros bosseur, avec lui on sait que les morceaux seront travaillés dans la bonne humeur. Il est souvent le 1er aux répétitions malgré les kilomètres.
Le « ça va Bercy ?! » est devenu une de ses marques de fabrique.

Guillaume Garcia

Influencé par les Beatles, Roger Waters, le déjanté Thom Yorke ou plus récemment par Matthew Bellamy, Guillaume mélange les styles et les courants les plus divers (et parfois alternatifs) pour nous emmener dans ses délires musicaux. Il n’est pas éclectique, il est nucléaire !
Pilier fondateur du groupe, autodidacte, il insuffle depuis plusieurs décennies l’énergie nécessaire au groupe, un peu à l’image de Framboisier chez les Musclés (la perruque en varech en moins !).
Homme (au grand cœur), amateur de vin (au grand palais), aimé des hommes comme de ces dames (au grand échiquier), revient (au grand galop), couvrir les cris du public (au grand rex), pré-hystériques (au grand pressigny) !